Breaking

mercredi 24 octobre 2018

Macron demande au chef de la société Apple de stimuler les investissements en France

Le président français Emmanuel Macron a appelé mardi le chef de la direction d'Apple, Tim Cook, à investir davantage dans son pays, alors même que Paris applique une nouvelle taxe européenne sur les revenus des géants de la technologie.

Macron a appelé Apple à aller au-delà d'une simple présence marketing en France et à financer des projets à plus forte valeur ajoutée, a annoncé son bureau.

Macron a également discuté des politiques de partage des revenus d’Apple avec les développeurs d’applications, à la suite d’une enquête française menée contre la fraude concernant des allégations selon lesquelles la société aurait abusé de sa position dominante sur le marché.

Paris espère qu'une initiative européenne connue sous le nom de «Platform to business» permettra un partage accru des revenus entre les géants américains de la technologie et les start-ups européennes.

Macron a également invité Cook à participer au prochain sommet «Tech for Good», parrainé par la France, visant à encourager les principaux acteurs à soutenir des initiatives éducatives et environnementales.

Leur rencontre a eu lieu lorsque le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a appelé le Parlement européen à prendre une "décision claire, directe et ferme" sur la taxation des géants de l'économie numérique.

La France est en tête du principe d'imposition d'un taux d'imposition minimal pour des sociétés telles que Apple, Google et Amazon sur leurs revenus dans l'ensemble de l'Union européenne.

L’objectif est d’empêcher les entreprises de déclarer leurs revenus dans les États membres de l’UE qui appliquent les règles fiscales les moins strictes, même si elles réalisent l’essentiel de leurs ventes ailleurs dans le bloc.

"Comment pouvons-nous accepter que des millions de consommateurs européens communiquent librement leurs données sans imposer de taxe?", A demandé Le Maire à des députés réunis à Strasbourg, dans l'est de la France.

Mais une telle mesure nécessitera le soutien unanime des 28 membres de l'Union européenne. L'Allemagne et les autres pays restent prudents vis-à-vis d'un impôt qui pourrait exacerber les tensions transatlantiques.

Berlin s'inquiète en particulier du fait que Washington pourrait considérer la taxe numérique comme une attaque contre les géants de la Silicon Valley et exercer des représailles avec des droits de douane sur les importations automobiles allemandes, comme l'a menacé le président Donald Trump.

"Je comprends ces craintes, mais je n'ai entendu aucun argument rationnel, factuel ou convaincant pour parler contre cette taxe", a déclaré Le Maire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire