Breaking

mercredi 24 octobre 2018

Facebook ferme les pages "spam", des comptes aidant le candidat à la présidentielle brésilienne

La plateforme de médias sociaux Facebook a fermé 68 pages et 43 comptes liés à un groupe de marketing censé promouvoir les chances du candidat de la droite brésilienne Jair Bolsonaro.

Facebook a publié une déclaration selon laquelle il avait agi contre les pages et les comptes liés à Raposos Fernandes Associates (RFA) "pour avoir enfreint nos politiques en matière de déclaration inexacte et de spam".

"Les personnes derrière RFA ont créé Pages en utilisant de faux comptes ou plusieurs comptes portant le même nom", puis "ont utilisé ces Pages pour publier des quantités énormes de clickbait destinés à diriger les utilisateurs vers des sites Web qui sont… des fermes de publicité", ajoute le communiqué.

Il a insisté sur le fait que les pages et les comptes étaient supprimés pour publication de courrier indésirable plutôt qu'en raison du «type de contenu qu'ils publiaient».

Le journal O Estado de S. Paulo a annoncé il y a 10 jours que les comptes de la RFA constituaient un vaste réseau de soutien pour Bolsonaro, qui affrontera le candidat de gauche, Fernando Haddad, lors du second tour, dimanche.

Selon O Estado, ces pages ont généré 12,6 millions d'interactions au cours du mois précédant l'article du journal, bien plus que les interactions enregistrées par des superstars internationales telles que le footballeur Neymar.

Après avoir remporté 46% des suffrages au premier tour des élections, il y a à peine deux semaines, Bolsonaro a mené Haddad de 18 points dans les derniers sondages, en grande partie grâce à une présence impressionnante sur les réseaux sociaux.

Incapable de faire campagne depuis le début du mois de septembre après son hospitalisation à la suite d'une attaque publique choquante dans laquelle il a été poignardé à l'abdomen, Bolsonaro a mené presque toute sa candidature à la présidentielle en ligne, où il compte 14 millions d'abonnés sur Facebook, Twitter et Instagram, par rapport à à seulement 2,8 millions pour Haddad.

La semaine dernière, cependant, le journal Folha de S. Paulo a déclaré que des millions de messages pro-Bolsonaro sur WhatsApp avaient été envoyés juste avant le premier tour des élections, le 7 octobre, avec la complicité de diverses entreprises.

Si cela s'avérait vrai, ce serait un crime puisque les entreprises sont interdites de financer des campagnes électorales depuis 2015.

La plus haute cour électorale du Brésil et la police fédérale ont ouvert une enquête, tandis que Haddad a appelé à la disqualification de Bolsonaro.

Mais les partisans du candidat de droite ont également accusé le Parti des travailleurs de Haddad d'avoir publié de fausses informations lors de la campagne, souvent âpre et polarisée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire